AGRICOLA - vue rapprochée

AGRICOLA - Jouez à la ferme

Agriiiiiiii-colaaaaaaaaaaaaa !!!

Non c'est pas un Suisse qui l'a inventé, c'est un Allemand ! Mais ce jeu est aussi bon qu'un bonbon suisse ! C'est frais et vivifiant, c'est bon pour la santé !

C'est un jeu Ystari, mais il n'y a pas de petit cube pour une fois. Il y a des petits moutons, des boeufs, des sangliers, des cabanes en bois, en argile ou en pierre, il y a des céréales, des légumes, des pâturages, des champs à semer... bref tout plein de choses, mais que du concret, du réaliste, et on est donc bien plongé dans notre ferme, au XVIIe siècle, avec notre couple de paysans qui va travailler son lopin de terre...

Chériiiiiiiiiiiiiiiiie !!! Qu'est-ce qu'il fait dans la maison le mouton ???...

Non non, c'est normal, à cette époque on utilisait le bétail pour se réchauffer ! Dans Agricola on a le droit d'avoir une seule bête dans la maison. Les autres doivent être parquées dans des pâturages clôturés ou dans une étable... Pour cela il faut récupérer du bois pour construire des clôtures (ou étables), car au début du jeu notre lopin de terre est vide, hormis les 2 pièces de notre cabane en bois (le capital de départ, un 4 étoiles quoi !... si si, on voit bien 4 étoiles entre deux planches du toit mal jointes !).

Bon d'accord, il n'y a pas de petit cube, mais il y a plein de petites rondelles qui représentent les ressources (bois, roseau, argile, pierre) et produits (légumes, céréales) !

Un plateau central est utilisé pour le choix d'actions. Un plateau individuel est attribué à chaque joueur, et c'est là qu'il va developper sa ferme comme bon lui semble. Cela va durer 14 tours, soit 45' à 2 joueurs et 15' de plus par joueur supplémentaire.

Au départ nous avons tous un couple de paysans. Les 2 paysans ont le droit de faire chacun une action par tour. Plus tard dans la partie il y aura possibilité de les faire se reproduire (mais le jeu passe sous silence l'étape de la conception...). Si la famille s'agrandit cela fera plus d'actions par tour (ben oui, on va pas les nourrir à rien faire ces petits).

Au début du jeu, le nombre d'actions disponibles est réduit, mais à chaque tour on rajoute une carte action. Donc au fil de la partie les possibilités augmentent. A son tour de jouer, on va faire travailler nos fermiers. On pose un jeton paysan sur une des cases actions (personne d'autre ne pourra jouer cette action ce tour-ci) et on joue l'action (c'est la même mécanique que Caylus, dont le jeu s'est inspiré).

Exemples d'actions possibles :

- récupérer du bois (ou du roseau, de la pierre, etc.)

- aller à la pêche, et donc ramener de la nourriture

- construire une nouvelle pièce à sa cabane (ce qui est nécessaire pour accueillir un nouveau-né), cela consomme des ressources (du bois et du roseau pour la cabane en bois)

- prendre des moutons (il faut alors des pâturages clôturés ou des étables pour les parquer, à moins que l'on ne fasse un méchoui de suite pour obtenir de la nourriture)

- labourer une parcelle de terrain

- ensemencer un champ (préalablement labouré)

- faire un aménagement dans son domaine (des cartes aménagements permettent d'améliorer le quotidien)

...

Voici la ferme d'un joueur à mi-partie. Pas de bétail (mangé sans doute... il est où le magneau?), juste un champ cultivé, et un pâturage avec une étable (ça double la capacité de parquage). Une 3e pièce en bois a été construite. Va falloir renforcer ça avec de l'argile puis de la pierre pour bien faire...

Voici un plateau individuel qui commence à être bien rempli. 2 champs permettront la récolte de céréales (un 3e est en jachère...). 4 pâturages parquent les animaux : 4 bêêêêh, 3 meuuuh, 4 gruîckkk, ah un autre bêêêêh tout seul... Et dans la cabane en argile (belle rénovation !) un sanglier... ben oui, un sanglier vautré dans sa fange, c'est bien plus chouette qu'une peluche de Mickey ! (et surtout Mickey était moins connu en 1670)

Attention, à la fin de chaque période (une période correspond à quelques tours) il faut nourrir sa famille. Et plus on est de fous, plus il faut du riz (ou du méchoui...). Si nous n'avons pas assez de boustifaille pour tous, on prend des pénalités de mendicité pour le décompte final (à éviter absolument donc). Certains aménagements sont utiles pour cela. Un four par exemple permet de cuire de la viande et donc d'obtenir des hamburgers pour les petits (ils sont contents).

 

 

 

Certains se sont amusés à rendre les pions plus "humains" !

 

Maintenant qu'on vous a donné envie de cultiver votre terre, chaussez vos sabots, prenez votre fourche, et c'est parti ! Allez, top à la vachette !

 

 

 

A la vachette j'ai dit !!!

 

 

 

  

 

tte

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×